Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par union pour Firminy

Nous recevons régulièrement des courriers d'Appelous mécontents ou se posant de nombreuses questions sur les choix faits par la municipalité actuelle.
Ci-dessous vous pourrez prendre connaissance de l'un de ces courriers ...... n'hésitez pas à réagir !
Entre nature et jardins    SAM_0529.JPG
Je traverse quelquefois le bois de la Barge avec mon chien, c’est une balade très agréable et très nature, sans doute un peu trop nature.
Je fais partie des septuagénaires qui ont gardé un peu de leurs racines paysannes avec le réalisme qui va avec. Je fais encore un grand jardin non pas par nécessité comme c’était le cas de nos parents après la guerre mais parce qu'à 12 ans je suivais mon père, je lui donnais « un coup de main » et en retour je pre-nais goût à ce travail de la terre. Pendant les grandes vacances, comme bon nombre des enfants de l’époque je prenais le chemin du monde paysan pour aller garder les vaches et participer aux travaux d’été. Je pos-sède une ou deux modestes parcelles de bois que « j’essaie » d’entretenir car c’est un travail pénible qui demande beaucoup d’énergie et qui n’est pas trop rémunérateur. J’ai appris avec le temps qu’un bois, c’est comme un jardin, ça se cultive, il n’est pas nécessaire d’avoir de gros moyens matériels mais de la volonté.
Alors j’en reviens au bois de la barge. Lorsque je dis « sans doute un peu trop nature » c’est parce qu'en effet on peut s’interroger pourquoi :
- On enlève les bois de taillis pour laisser pousser les ronces.
- On laisse en place des pins qui atteignent 1 à 2 m3 ce qui sous entend qu’ils ont entre 60 et 80ans et donc susceptibles de sécher sur place alors qu’ils sont commercialisables en sachant que le pin est assez recherché en menuiserie.
- On ne voit pas trace d’une quelconque plantation de remplacement.
De quoi se poser la question sur les compétences des gestionnaires du bois de la Barge ?
En marchant c’est fou ce que l’esprit travaille et devant toutes ces questions je crois avoir une réponse : la gestion du bois de la Barge est confié bien évidemment par délégation à Mme Anne de Beaumont. Quoi de plus logique, en tant qu’écologiste c’est forcément la plus compétente (au royaume des aveugles les borgnes sont rois) et forcément dans un bois municipal on doit laisser faire la nature ; c’est dingue ce qu’on peut être déformé par l’éducation qu’on a reçu de ses parents qui n’avaient jamais entendu parlé d’écolo-gie !.....
Mais il y a pire ! SAM_0534.JPG
Poursuivant mon chemin, je débouche au dessus des tours de Layat et là, depuis une dizaine de jours s’af-fèrent pelleteuses et géomètres et déjà on peut deviner que ces travaux d’envergure sont destinés à des jar-dins ouvriers. L’emplacement des cabanes est bien visible c’est du travail soigné. Mais curieusement je regarde ma montre, il est 11h et le soleil est bien loin d’inonder les futurs jardins. Quand je gardais les vaches, je n’avais pas de montre, je plantais un bâton au milieu du pré et je savais quand je devais plier ba-gages mais c’était une autre époque ? époque révolue me direz vous mais il en reste quelque chose, moi mon jardin est orienté sud-ouest et surtout je veille qu’au soleil levant il y ait le moins d’ombre possible car je sais que les plantes adorent les premiers rayons de soleil. A Layat il faudra installer des miroirs du côté de la route de Roche pour les capter car le terrain orienté nord-ouest avec le bois de la Barge au Sud-est, on risque d’avoir des jardins mais pas de jardinier…. Dommage !.... Ça partait d’un bon sentiment !
Il faudra payer une boussole à nos écolos de pacotille ça leur permettrait de ne pas perdre le nord et ça coû-terait moins cher aux contribuables Appelous.
 

Commenter cet article