Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Union Pour Firminy

Firminy.com : Mars 2016

Union pour Firminy : opposition municipale

Lors du conseil municipal du 1er février 2016, la majorité a présenté une estimation du bilan financier de l’année écoulée et les investissements envisagés pour l’année suivante.  Comme à son habitude, M. Petit a su largement s’auto congratuler. Pourtant, ses intentions et son bilan sont tellement réjouissants qu’il dissimule certaines données en ne présentant qu’une partie des éléments qui déforme la situation réelle de la commune.

M. Petit ne cesse de vouloir faire croire aux appelous que la population et les effectifs scolaires sont en progression constante, que les impôts locaux n’augmentent pas et que la capacité d’autofinancement de la ville est plus confortable. Comment oser annoncer une hausse des effectifs scolaires et la création de nouvelles classes en occultant les chiffres publiés par la ville elle-même : En 2010, les écoles appelouses regroupaient 1728 élèves alors qu’en 2015, elles n’en comptaient plus que 1494 (soit – 13.54%)? Serait-ce pour cette raison que M. Petit a souhaité attendre le lendemain du conseil municipal pour annoncer par voie de presse que le budget alloué aux écoles était diminué de 50 000€ (soit – 14.28%)? Comment expliquer des recettes fiscales en hausse alors que le nombre d’habitants baisse, si ce n’est par une augmentation des impôts locaux ? Comment affirmer que la diminution des dotations de l’état est très préoccupante et annoncer par la suite que la ville dispose d’une trésorerie saine ?

Depuis plus d’un mandat, M. Petit se décharge de son rôle de maire pour laisser les appelous  « être  maître de leur destin » afin de choisir eux-mêmes comment entretenir et aménager leurs quartiers. Au-delà de l’effet de manipulation recherché, il s’agit d’un acte totalement irresponsable qui néglige les attentes d’une grande majorité de ses administrés. Les nuisances liées à l’aménagement d’aires de jeu, la création de stationnements inappropriés aux besoins et les gênes occasionnées par des coussins berlinois (pour être finalement déposés) sont, parmi tant d’autres, des échecs révélateurs de cette démagogie politicienne.

Cette attitude rend le débat démocratique impossible et suscite des interrogations sur la volonté de la majorité à assumer clairement ses initiatives en toute transparence. Il est regrettable que ce débat ne s’oriente pas vers des questions de fonds qui relèvent de la politique de la ville. Favoriser l’emploi compte tenu des atouts locaux, revaloriser le cadre de vie, miser sur la mixité sociale dans les quartiers, sont autant  d’enjeux qui devraient retenir davantage l’attention de la majorité. Mais non, les années se suivent et se ressemblent et, M. Petit semble vouloir privilégier les actions populistes.

Julien Luya, Vincent Levet, Béatrice Mounier, Patrick Mado, Michel Maisonneuve,                Lyla Colombet, Christophe Chaland.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article